Vassula – la vraie vie en dieu Heureux l’homme qui médite sur ce que Je lui offre aujourd’hui

Aller en bas

Vassula – la vraie vie en dieu Heureux l’homme qui médite sur ce que Je lui offre aujourd’hui

Message  Admin le Mer 14 Mar - 8:47


Vassula – la vraie vie en dieu
Heureux l’homme qui médite sur ce que Je lui offre aujourd’hui
STELLA MARIS 432 SOMMAIRE

Livres de Vassula


Le 17 septembre 2005, Vassula, de passage en Suisse, a donné une conférence à Montreux devant près de deux mille personnes. Voici la suite de son témoignage (Cf. SM nos 428 et 430).

«Maintenant, je vais prendre un autre sujet parce que j’aimerais que vous connaissiez en général les derniers messages.

Notre-Seigneur dit que nos cœurs (quand Il nous crée) depuis le commencement, ont été créés d'une manière parfaite parce que ce qu’ils contenaient (nos cœurs) est du pur amour. Ils contenaient la Présence de Dieu. Donc le cœur créé est rempli de Dieu. Dieu habite dans le coeur.

Le Seigneur dit:
«Votre cœur a été créé par Notre Amour Sublime pour qu’il nous retourne cet amour. Votre cœur depuis le commencement est rempli uniquement de Notre Présence… Il est créé d’une
manière tellement ineffable qu’il devrait être capable de maintenir tout l’amour sublime et la douceur de Notre Présence mais si des épines et des ronces le percent, comme une citerne perforée, il perdra son contenu. Les épines sont les soucis du monde et le leurre des richesses qui peuvent perforer le cœur et l’assécher de la source qui donne la vie. Il sera comme une citerne fêlée qui perd continuellement son contenu, ne le retenant jamais et peu importe combien on la remplit, elle s’asséchera toujours et restera vide. Un tel coeur est finalement privé de cette joie connue de Mes saints.» (3-02-2003)

Ainsi, le Seigneur Se donne Lui-Même à nous, sans compter, nous sanctifiant et nous préparant pour la vie éternelle, nous enrobant du rayonnement de l’immortalité et nous rendant fervents pour L’adorer.

Mais le monde aujourd’hui, dit le Seigneur, refuse la Gloire de Dieu et préfère vivre comme s’il n’y avait pas de Dieu, car le monde n’accorde aucune attention aux Lois de Dieu ainsi qu’à Ses préceptes. Le monde refuse de rendre gloire à Dieu et, au lieu de cela, se glorifie lui-même, se prenant pour Dieu.

Les gens accordent plus de temps aux satisfactions terrestres qu’à être avec Dieu et accepter Son divin Amour. Nous vivons une époque où le bien est transformé en mal. Nous vivons en un temps où le monde est devenu glacial face à l’amour de Dieu mais se donne entièrement à l’impiété et au matérialisme, faisant un dieu de tout ce qui est matériel.
Notre-Seigneur dit:

«... faites-Moi plaisir en changeant votre vie. Heureux l’homme qui médite sur ce que Je lui offre aujourd’hui, étudie son cœur et examine son âme, car Je l’élèverai. Heureux [ceux] qui viennent à Moi comme le publicain (Lc 18.9-14), admettant leur culpabilité, car, dans ces cœurs, Ma Parole prendra racine et prospérera. Je retirerai alors le voile de leurs yeux pour qu’ils puissent voir et comprendre avec leur cœur que tout ce dont J’ai besoin c’est d’Amour, d’Amour et d’Adoration. […] Tout ce que Je demande, bien-aimés, est l’amour dans la sainteté. Je suis à la recherche de votre cœur. […] L’Amour vous attend; venez M’adorer»... (3-06-1989)


Lorsque nous pardonnons...
Lorsque nous prions le Notre Père, nous Lui demandons qu’Il nous pardonne, comme nous pardonnons aux autres.
Lorsque nous pardonnons, Dieu nous pardonne. Lorsque Dieu nous pardonne, notre cœur se remplit d’amour. Quand on a beaucoup d’amour, c’est parce que nous avons été pardonnés. Donc, le pardon est très important.
Voici un message:
«Viens à Moi et prolonge ton regard sur Ma Sainte Face, afin que tu puisses comprendre pleinement que tu es héritière (ou héritier) conjoint(e) avec Moi, uni(e) à Moi et en Moi. Reçois plus de Moi pour Me permettre de recevoir plus de toi. Mon désir est de te donner plus de Moi-Même, afin que tu puisses Me donner plus de toi-même. De cette manière, J’obtiendrai tout ce qui M’appartient déjà.» Alors, quand on se remplit de Sa bonté, Lui veut qu’on la retourne, car cela Lui appartient déjà. «Par Mon Amour divin qui sera répandu en toi, tu seras déifiée, transfigurant ton âme, afin que Mon Père t’identifie à Moi au Jour du Jugement.» (25.4.1999)

Quand le Seigneur donne une chose, Il la donne sans que nous demandions, c’est-à-dire, Il donne gratuitement. Il veut nous donner, Il est généreux.

Au début, la tâche de mon ange était de me rapprocher de Dieu. Et je suis passée à travers des purifications de feu, car dans mon état, je n’étais pas prête, et il me fallait une purification. L’ange me faisait voir les choses que j’avais faites, des choses dont Dieu était offensé. C’était affreux, parce que je voyais ces choses avec les Yeux de Dieu. Ce n’était pas avec les yeux humains, comme nous voyons nos péchés, et les choses que nous faisons, qui offensent Dieu. C’était vraiment comme un feu purificateur en moi; je me lamentais, cela me faisait très mal spirituellement de me voir si laide devant Dieu, si tachée devant Dieu, cet Etre de lumière, pur, tellement plein de bonté, et je me voyais comme une lépreuse. Alors cela me faisait vraiment me repentir, vraiment du fond du coeur.

Après ces feux, il y a eu d’autres feux purificateurs. C’était comme un désert où j’étais abandonnée par Dieu et mon ange. Je cherchais partout mon ange et je ne le trouvais pas et je sentais comme si le ciel était fermé et que mon ange s’était retiré. Je me sentais comme une personne totalement abandonnée, seule, même avec tous mes amis autour de moi. Leur présence ne remplissait pas le vide de Dieu parce qu’avec Dieu, notre table est pleine. C’est un banquet. Avec Dieu, notre vie, c’est une joie. Peut-être les jeunes ont peur et ils pensent que Dieu est seulement pour les vieux.

Après toutes ces purifications qui faisaient vraiment mal, le Père m’a approchée et Il me dit: «as-tu quelque chose à Me donner, Vassula?» Tout de suite, j’ai réfléchi à ce que je pouvais donner à Dieu. Mais avant que je trouve quelque chose, le Père dit: «à propos, tout ce que tu vas Me donner qui est bon et qui est bien vient de Moi». Je lui ai répondu: «alors, je n’ai rien de bien de moi-même à Te donner?». Il me dit «non, rien; tu n’as rien de bon à Me donner, parce que tout ce qui est bon et bien vient de Moi». J’ai pensé et j’ai dit: «mais, j’ai quelque chose» (comme si je savais mieux que Dieu; c’était au début, j’apprenais) et Il me dit, amusé: «Ah! oui? quoi?» Je répondis «je sais peindre; je peux peindre une icône — cela vient de moi —, et Te la donner en cadeau pour la mettre dans une église.» Il me dit «le don de l’art, cela vient aussi de Moi.» J’ai dit «alors, je n’ai rien?». Il me dit «si; tu as ta volonté». Je Lui dis «mais, ma volonté, je Te l’ai déjà donnée, il y a une semaine». (Parce qu’après la purification, je ne pouvais plus vivre sans Dieu, quand Il m’avait abandonnée dans le désert, et mon âme a crié: «Yahvé, fais quelque chose, prends-moi, purifie-moi et fais ce que Tu veux de moi».

C’était vraiment du fond de mon coeur, je m’abandonnais complètement à Dieu. J’ai dit un «oui» complet parce que j’avais, avant, un pied dans le monde et un pied avec Dieu et Il ne voulait pas cela, Il voulait un coeur entier, on ne peut pas faire moitié-moitié. Quand j’ai donné ma volonté, j’ai senti à ce moment la Présence de Dieu, et c’était comme si le ciel s’était ouvert d’un coup encore une fois. Je n’ai pas oublié parce que j’ai tellement souffert dans cette purification. J’ai tellement souffert que Dieu m’avait abandonnée complètement et qu’Il avait pris mon ange. Je n’ai jamais oublié, et quand Il m’a demandé encore une fois ma volonté, j’ai été étonnée, j’ai dit «mais, ma volonté, je l’ai déjà donnée, il y a une semaine». Alors, Il m’a dit «Je sais, mais J’aimerais l’entendre tous les jours».

Marcher avec Dieu

Il faut savoir que tous les matins, dès le lever, il faut donner notre volonté à Dieu. C’est ainsi que l’on meurt à soi-même pour que l’Esprit Saint nous remplisse. Et c’est par le repentir et la confession de nos péchés que l’on peut se vider et se remplir avec la Présence de l’Esprit Saint.

L’Esprit Saint veut nous envahir. Et envahir, c’est le mot juste, car Il dit «J’aimerais vous envahir de Ma Présence pour vous donner Ma Lumière en pleine force et vous posséder», afin que dorénavant, nous puissions vivre sous Sa grâce et vivre une vraie vie en Dieu.

Je vais vous expliquer de manière figurée: par exemple, si vous remplissez de cailloux un vase, l’eau que l’on y mettra ne remplira pas le vase comme s’il était vide. La quantité d’eau ne sera pas pareille.

Les cailloux représentent les iniquités, les péchés, tout ce qui offense Dieu. Avec la confession et le repentir, le vase se vide de ses cailloux, et l’eau qui est dans le vase est vraiment pure et limpide et le remplit complètement. L’Esprit Saint, c’est comme cela, avec l’âme; il faut qu’Il la trouve vide de tout péché, de toute chose qui offense Dieu, pour qu’elle puisse être remplie de la Lumière de Dieu. Lorsqu’elle est remplie de la Lumière de Dieu, c’est alors que l’on peut faire la volonté de Dieu, parce que l’on va voir clairement, et c’est à ce moment-là que l’on peut dire «moi je marche avec Dieu». «Marcher avec Dieu» est une expression biblique qui veut dire «je fais la volonté de Dieu et je prends le même pas que Dieu, je ne cours pas en avant et je ne traîne pas en arrière».

Et c’est ce qu’Il veut. Le Seigneur veut que nous marchions avec Lui. Il faut laisser Dieu libre de scruter chacune de vos actions et comme quelqu’un qui entre dans une cave obscure avec une torche; il faut permettre à Dieu qu’Il entre dans votre coeur et y mette le feu pour brûler jusqu’à la racine tout ce qui n’est pas divin, saint, et qui ne Lui appartient pas. Laissez Dieu libre, laissez-Le vous traîner dans le désert où Il entraîne Ses oints, afin qu’Il ramène à votre mémoire, dans le silence du désert, toutes vos omissions et vos conduites mauvaises, pour que vous les détestiez. Laissez Dieu vous frapper d’un remords amer pour votre indifférence envers Lui et Sa Loi d’Amour. C’est cette indifférence que nous avons aujourd’hui; et le Seigneur dit: «cette génération vit dans l’apathie et dans un esprit d’indifférence», et cela Le blesse.

Permettez-Lui de faire toutes ces choses, afin que cette transformation ait lieu en vous. Et dès lors, Il sera votre Maître, votre Educateur, mais également votre Ami et votre Frère.

Alors, avec une grande tendresse, Il pansera vos plaies et vous élèvera à Son Coeur, tandis qu’Il vous dira à l’oreille ces paroles:

«Tu dois garder en sécurité tous Mes enseignements, te souvenant toujours du début, afin que tu augmentes ta Connaissance de Moi, ton Dieu». (31-05-03)

Lorsque le Seigneur a dit qu’Il conduit les âmes dans le désert, où Il leur montre leurs péchés et les remplit de remords pour qu’elles se méprisent, en elles-mêmes, cette expérience nous amène à réaliser que Dieu est au-dessus de toutes choses et que, sans Dieu, notre table est vide. Dès lors, plus rien ne compte à nos yeux comme auparavant: nous sommes détachés. Les choses que nous pensions et estimions être importantes deviennent soudain pour nous comme des cendres. Nous ne les désirons plus comme auparavant; en fait, elles nous deviennent insupportables, car telle est la puissance de cette sorte de détachement appelé «impartialité» (dispassion). C’est ainsi que Notre-Seigneur a décrit une fois cet état, en disant:

«Et, bien que tu seras toujours parmi les hommes» (c’est-à-dire sur la terre), «ton esprit sera dans le ciel, et bien que ton corps se mouvra toujours parmi les hommes, ton âme et ton esprit seront comme ceux des anges, marchant dans les Cours de Notre Royaume, marchant parmi les anges. [...] Je t’apprendrai à vivre en Nous, à te mouvoir en Nous et à respirer en Nous.» (25-10-1994)

Puis Notre-Seigneur a parlé de transformer notre âme en un ciel, avec des paroles très simples, c’était au début encore, durant les trois ans d’enseignement. Il a dit:

«Si tu laisses libre Mon Esprit Saint, Il peut transfigurer ton âme d’un désert en un jardin où Je peux Me reposer. Si tu laisses Mon Esprit Saint agir en toi, Il peut transfigurer ton âme en un palais où Je peux être Roi et régner sur toi. Il peut te transfigurer en un ciel et seulement dans ce ciel, tu pourrais Me glorifier.»

Donc, ce sont des étapes, le détachement, puis l’impartialité (dispassion), puis la vertu des anges qui s’appelle en anglais ‘impassibility’, ‘impassibilité’ en français. C’est une grande grâce de détachement. On se détache même des choses charnelles. C’est un détachement où l’on devient comme des anges. Le Seigneur nous apprend le détachement des choses, comme je me suis détachée du tennis. Je jouais beaucoup au tennis et j’aime le tennis mais je n’y suis pas attachée comme je l’étais auparavant, j’avais fait du tennis mon dieu. Il faut être raisonnable. On peut jouer au tennis, cela n’est pas interdit, mais il ne faut pas en faire un dieu. Il faut donc mettre Dieu avant tout.

(à suivre)

Littérature:
«Conférence de Vassula à Montreux», DVD Euro 13.– CHF 20.–

Livres de Vassula

Copyright © 1999 - 2010
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle, tous les textes et illustrations sont protégés par le Droit d'Auteur.
EDITIONS DU PARVIS - STELLA MARIS - CH-1648 HAUTEVILLE / SUISSE.
Tél.: 0041 (0)26 915 93 93 FAX: 0041 (0)26 915 93 99 E-MAIL librairie@parvis.ch

PAGE D'ACCUEIL PARVIS // STELLA MARIS

Admin
Admin

Messages : 146
Date d'inscription : 14/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://vassula.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum