Vassula C’était en 1985...

Aller en bas

Vassula C’était en 1985...

Message  Admin le Mer 14 Mar - 8:45


Vassula

C’était en 1985...

STELLA MARIS 441 SOMMAIRE

Littérature de Vassula


Un nouveau livre de Vassula, qui vient de paraître au Parvis, regroupe les principaux messages concernant l’unité de l’Eglise. Il explique d’une part en quoi consiste cette unité et d’autre part quel est le chemin pour y parvenir. Parmi les lecteurs de Stella Maris, beaucoup connaissent déjà Vassula pour avoir lu La Vraie Vie en Dieu. En septembre 2005, lors de son intervention à Montreux devant 2000 personnes, Vassula a ­évoqué les débuts de sa mission et le chemin que le ­Seigneur lui a fait parcourir.


Je suis née en Egypte, j’ai été baptisée dans l’Eglise grecque-orthodoxe. J’ai vécu quinze ans en Egypte; puis, ma famille s’est installée en Suisse, à Pully. Entre-temps, j’ai beaucoup voyagé avec mon mari, et nous étions assez loin de Dieu, c’est-à-dire que l’on croyait en Dieu mais que nous ne pratiquions pas; nous n’allions pas à l’église le dimanche, pas même aux fêtes de Pâques ou de Noël. Donc, j’avais un manque d’intérêt presque complet pour les affaires de Dieu, pour les choses spirituelles et tout ce qui concernait l’Eglise. Dans le monde, il y en a beaucoup qui sont encore à ce stade, qui ont apostasié, qui ne sont pas du tout intéressés à pratiquer leur religion et à revenir aux saints Sacrements de l’Eglise. Si vous me demandez pourquoi est-ce que j’étais ainsi, je ne sais pas, et les personnes qui sont dans cette situation, je crois qu’elles ne sauront pas vous répondre non plus.
C’était en 1985. Tout à coup, alors que je ne m’y attendais pas, j’ai été approchée par mon ange gardien; son approche s’est manifestée d’une façon que l’on appelle vision intérieure; et les paroles que j’entendais, c’est toujours intérieur. Cela s’appelle «locutions». Comme je ne m’attendais pas à voir intérieurement mon ange, ma première réaction fut d’être un peu choquée, mais du bon côté; j’étais surprise. Et je dois vous dire aussi que ce n’était pas facile, parce que, comme je n’étais pas en lien avec l’Eglise, je n’avais jamais entendu dire que Dieu nous parle maintenant, en notre temps.
Dieu n’a jamais changé et les paroles qu’Il donne à une personne s’appellent «prophéties». Prendre la parole de Dieu et la transmettre aux autres, c’est de la prophétie. Sous le commandement de Dieu, je suis Son «écho» en parlant et en transmettant Son message. Mais Il m’a dit aussi qu’il ne faut pas imposer: ceux qui veulent écouter, qu’ils écoutent; ceux qui ne veulent pas écouter, qu’ils n’écoutent pas.
Quand j’obtenais le message, pendant le temps du message, je croyais à fond, parce que cela arrivait, j’entendais et je voyais intérieurement la vision. Par contre, lorsque c’était fini, que le message était terminé, et que j’allais faire autre chose, j’avais des doutes. Je me disais: «non, ce n’est pas possible, Dieu ne peut pas parler comme cela, surtout à moi. Qui suis-je pour que je croie qu’Il me parle? Et il y a peut-être une explication que je ne trouve pas maintenant.» Et toujours, je rejetais la possibilité que c’était Dieu. Il y avait toujours cette incertitude: «Est-ce que c’est vrai? Est-ce que ce n’est pas vrai?» Je n’avais personne à qui demander si ces choses-là arrivent de nos jours.
Donc, c’était très difficile à “digérer” cette approche de Dieu, jusqu’à ce que, beaucoup plus tard, je commence à vraiment croire que c’était Dieu, parce que ma vie changeait. J’obtenais les messages et les gens qui lisaient changeaient aussi.
Ensuite, il y a eu des experts, comme l’abbé Laurentin, et d’autres théologiens, qui ont étudié ces messages et ils considéraient que c’était une manifestation de Dieu.
Voilà, je voulais vous montrer que je ne demandais pas ce charisme, que je n’ai jamais désiré ce charisme.


La première
Et je voulais vous dire aussi que la première réunion publique a eu lieu ici en Suisse. Vous savez, quand Dieu travaille, Il oeuvre d’une manière très simple. Alors, il ne faut jamais s’attendre à voir des signes extraordinaires. Dieu nous donne tous les jours des signes simples. Il faut les voir et voir la façon dont Il a fait une réunion publique, parce qu’Il m’avait dit: «ne cours pas avec les messages, ne va pas dire à n’importe qui, comme cela, que tu as des messages; c’est Moi qui vais ouvrir les portes quand cela sera le moment et la personne qui va t’approcher et qui va t’inviter, sache que cette personne vient de Moi; donc il faut accepter l’invitation». Et c’était comme cela, en Suisse, personne ne le savait, sauf ma famille la plus proche.
Et tout à coup, il y a eu une dame avec qui nous allions ensemble suivre quelques cours bibliques; je ne sais comment, cette dame a su que j’avais ce charisme (donc que Dieu m’a approchée et me donne des messages). Alors, elle est venue et m’a dit:
— Est-ce vous la dame de Pully?
— Oui.
— Celle qui reçoit des messages?
— Oui.
— Est-ce que je peux venir pour que vous me parliez un peu, vous m’expliquiez, avec quelques amis.
— Oui, vous pouvez venir.
Elle m’a proposé une date. Puis elle est arrivée. Je pensais qu’il y aurait trois ou quatre personnes, mais elle était venue avec une trentaine de personnes! Je n’avais même pas de place pour les faire asseoir; la plupart sont restées debout. Et j’ai commencé à témoigner. C’était tout à fait au début; c’était exactement trois ans après le début des messages. Pendant ces trois ans, le Seigneur m’approchait à chaque moment libre dans ma journée.
Mais sachez qu’avant cette manifestation de Dieu, j’avais rempli ma vie de choses extérieures, de choses du monde: j’étais joueuse de tennis, presque fanatique. Quand on demandait où est Vassula, je me trouvais toujours au club. Je jouais beaucoup au tennis. Par hobby, j’étais également mannequin pour présenter des vêtements, avec mes amies. Je faisais également beaucoup de peinture sur canevas. Donc ma journée était remplie des activités du monde. Après l’approche de Dieu, chaque chose a commencé à diminuer. Dieu m’enlevait une chose après l’autre, il me détachait complètement de ce genre de choses pour accueillir Sa parole. Finalement, je me trouvais presque toute la journée en train d’écrire, parce qu’Il m’appelait presque à tous moments, quelques fois trois heures, six heures, jusqu’à neuf heures par jour.
Pendant ces trois ans, quelques fois je Lui disais: «mais, qui va lire tout cela? mais qui va croire, en nos jours, tous ces messages que Tu me donnes? Ils vont finir dans un tiroir et seront pleins de poussière!» «Ah! Non!, disait-Il, J’ai béni ce message et il va être accompli et tu vas finir ta mission avec Moi.» Alors, je n’aurais jamais pu m’imaginer que j’arriverais à travailler pour le Seigneur — évangéliser — pendant dix-sept ans, jusqu’à devenir globe-trotter qui parcourt sans arrêt le monde. Je peux dire que j’habite plus dans les avions que chez moi. Je suis tout le temps en train de voyager, parce qu’il y a tant d’appels, par différentes Eglises également.
Je disais que Dieu donne des petits signes. Alors, cela a commencé par cette dame. Et quand j’ai témoigné devant ces trente personnes, une autre dame a dit: «non, ce n’est pas pour nous seulement; il faut faire une réunion publique». Et cette dame a réuni 300 personnes pour la première fois, en Suisse. Comme je n’avais jamais parlé en public des affaires de Dieu, j’avais quand même le trac. Je suis allée dans une église à côté et comme je n’avais jamais parlé en public des affaires de Dieu j’ai demandé au Christ qu’Il m’aide: «Je n’ai jamais choisi cette voie, alors, s’il Te plaît, aide-moi, enlève-moi ce trac pour que je ne T’embarrasse pas et que je ne m’embarrasse pas non plus.» J’ai quitté l’église et suis entrée dans cette salle. J’avais demandé à ma cousine d’être au premier rang; comme cela, je la regardais et je n’avais pas le trac. Lorsque je suis entrée, tout à coup, j’ai senti une paix qui venait sur moi, incroyable, une sûreté de moi-même. Je pensais que même si je parlais devant 100 théologiens, j’étais sûre de ce que j’allais dire, parce que tout ce que j’ai obtenu, cela vient de la Bouche du Seigneur et je n’ai plus eu le trac; jamais: je n’ai jamais eu le trac. Même quand il y avait la radio en direct, avec des questions un peu épicées, mes réponses étaient aussi épicées.
Je voulais simplement vous donner un aperçu de comment tout cela a commencé.






Littérature de Vassula

Copyright © 1999 - 2010
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle, tous les textes et illustrations sont protégés par le Droit d'Auteur.
EDITIONS DU PARVIS - STELLA MARIS - CH-1648 HAUTEVILLE / SUISSE.
Tél.: 0041 (0)26 915 93 93 FAX: 0041 (0)26 915 93 99 E-MAIL librairie@parvis.ch

PAGE D'ACCUEIL PARVIS // STELLA MARIS

Admin
Admin

Messages : 146
Date d'inscription : 14/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://vassula.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum